[INTERVIEW] Spyd Phil, un nouveau visage se fait connaître


Ecrit par : La Rédaction  |   Lu : 758

Âgé de 24 ans, Philéas D. YEHOUENOU, connu sous le nom de « Spyd Phil », est un nouveau talent qui fait ses prouesses dans le monde musical béninois. Des cœurs sont déjà conquis et en réclament encore.

 

Que signifie la Musique pour vous ?

 

Pour ma part, je crois que la musique est une mission de la nature et divine que Dieu confie à celui qu'il choisit. Et comme je le dis très souvent, on ne choisit pas de faire la Musique, c'est elle qui choisit qui doit accomplir cette œuvre.

 

Pourquoi avoir développé un goût particulier pour la musique ancienne ? Nous parlons bien évidemment de celle du temps des polirythmo, GG Vickey...

 

Avant tout, un musicien sans boussole va à sa perte! Très petit, mon père avait l'habitude de payer les anciens vinyles. Ensuite sont arrivés les VCD, DVD et il me laissait l'occasion de tout installer pour les grands shows. Donc j'avais dévéloppé cette passion : écouter chaque fois ces groupes plus que talentueux et les artistes de l'époque afin d'assurer que la cérémonie ou la manifestation soit bien mouvementée. Cette habitude a éveillé mon amour pour les sonorités de 1970 , 80, 90, 2000.

 

D'où vous est venu le goût de la musique étant graphiste de formation à la base ?

 

Rire. Il est vrai qu'à la base je suis réalisateur (graphiste). En réalité, c'est la musique qui m'a poussé vers le 7e Art puisqu'il y a une fusion et une complémentarité entre les deux.

 

Dites-nous en plus sur cette complémentarité.

 

Aujourd'hui, avec les progrès il n'existe quasiment plus un amoureux du 7e art qui suit un film sans son. Le 1er langage commun entre le film et la musique est le son. Un réalisateur ou un musicien aura la capacité de choisir la musique qu'il faut pour telle ou telle scène afin de faire transparaître l'émotion de cette dernière.

 

Est-ce à dire que le graphisme ne fera plus partie de votre vie?

 

Évidemment que si. Avant d'avoir un producteur, je voudrais bien être mon propre réalisateur. Vu que l'inspiration, les textes et tout le reste me font déjà réaliser des scènes dans ma tête. Je suis bien capable de faire surgir, sans forcer, des émotions. Il faudra s'entourer d'une bonne équipe.

 

Cela a-t-il été un choc ou un plaisir pour vos parents de découvrir que leur fils a pris goût à tout autre chose que ce pour quoi ils ont investi (les études) ? Si cela a été un choc, comment vous êtes parvenus à les convaincre d'exercer votre passion?

 

Au début, ils connaissaient mon fourgue pour la Zik. À 17ans je bouffais déjà les petits gombos, donc ils me voyaient venir. Jusque là, c'est la réalité de la musique béninoise (qui ne paie pas bien) qui fait peur mais ils ne sont pas si choqués. Cette musique que j'aimais tant a failli m'envoyer au séminaire puis après mon bep, j'étais décidé à faire l'école de musique SOS. Donc ils s'y attendaient.

 

Pour la petite histoire, racontez-nous comment la musique a failli vous conduire au séminaire.

 

A l'époque on était enfant de chœur (adore jouer aux instruments de musique ) et on aimait jouer avec les groupes (madeb, maman chérie etc) également lors des journées culturelles. Mais quand les séminaristes rentraient des congés c'était une harmonie vocale extraordinaire (chanter les psaumes, vêpres, laudes. C'était si beau) ... C'est réellement ça qui me poussait à y aller. J'ai été admis mais, j'ai pas pu y aller. Volonté naturelle m'y désoblige !

 

Qui parmi nos illustres artistes vous inspire le plus ? Pourquoi ?

 

Je suis "panafricainiste" donc j'aime beaucoup d'Artistes surtout ceux qui brisent les règles. Celui qui m'inspire le plus au Bénin c'est l'inévitable YEDENOU ADJAHOUI en même temps son grand disciple le pépé Hagbè National. Cependant, mon modèle artistique c'est l'aigle Fally Ipupa.

 

Quels sont les projets pour votre avenir musical ?

 

L'avenir est que Dieu nous donne longue vie : Amen Amen Amen. Ma plus grande vocation c'est l'AMOUR. J'ai donc mon 1er Album "FOCUS" fait en 2 parties qui sera lancé en décembre. La première partie est déjà en vente sur My Addictive à 1000 Fcfa. On aura le tout avec un bon spectacle et grâce à Dieu on fera des frappes. Ensuite il y aura les clips, les singles et d'autres Albums. Que Dieu nous protège.